Le 30 mai 1999

Monsieur le premier ministre Lucien Bouchard
Edifice J
885, Grand Allee est, 3e etage
Quebec QC G1A 1A2

Objet : Campagne nationale de sensibilisation sur les morsures causées par les chiens

Monsieur le premier ministre,

Je vous écris pour confirmer que The Humane Society of Canada est prête à investir un million de dollars de ses ressources pour prévenir les morsures causées par les chiens. Toutefois, nous ne pouvons le faire sans votre aide et celle des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux.

Nous vous demandons votre aide afin de travailler de concert avec d’autres élus et agences gouvernementales dans le but d’enrayer ce sérieux risque pour la santé qui existe dans toutes les communautés du Canada.

J’ai récemment servi de témoin expert dans une enquête du coroner sur le décès d’une fillette en Ontario. L’année dernière, Courtney Trempe, huit ans, jouait dans la cour d’un voisin juste au nord de Toronto lorsqu’elle a été attaquée et tuée par le chien de cinq ans du voisin. Les recommandations du coroner Barry McLellan et du jury sont détaillées et pratiques.

Ces recommandations sont toutefois très préoccupantes car elles reprennent celles qui ont été émises par le coroner Pierre Brochu, du Québec, ainsi que par le jury, en février 1998, par rapport aux circonstances entourant le décès de Dariane Blouin, cinq ans, de St-Tites-des-Caps, qui a été tué par deux chiens de traîneau appartenant à son père.

D’un point de vue personnel, en tant que parent de deux jeunes enfants (Pierce, neuf ans, et ma fille Elan, quatre ans), je suis extrêmement préoccupé par les cas d’attaque au cours desquels des enfants et des adultes ont été blessés ou même tués, et les chiens ont été euthanasiés.

Le Canada est un pays où les gens aiment beaucoup les animaux. On estime qu’il y a 4 millions de chiens et 4,5 millions de chats vivant dans des foyers à travers le Canada. Une étude menée par Statistique Canada estime que sur 11,5 millions de foyers, un foyer sur deux possède un animal de compagnie quelconque, qu’il s’agisse d’oiseaux, de hamsters ou de poissons.

Selon nous, le thème sous-jacent de la campagne nationale de sensibilisation aux morsures causées par les chiens est que la société doit protéger les enfants et les adultes tout en faisant la promotion de l’appréciation des avantages de la relation immémoriale qui existe entre les gens et les animaux. Je suis convaincu que vous comprendrez qu’il est de la responsabilité de tous d’essayer d’atteindre ces objectifs.

Par conséquent, je vous écris non seulement au nom de nos 110 000 partisans à travers le pays et des millions de familles qui vivent avec un chien à la maison, mais également au nom des millions de Canadiens qui préfèrent ne pas avoir de chiens et dont les intérêts doivent aussi être respectés.

Le fait de protéger nos enfants contre les dangers de la circulation, de les inciter à ne pas parler aux étrangers, à ne pas prendre de drogues et à ne pas fumer fait partie de la vie de tous les jours dans la société actuelle. Dans le même ordre d’idée, nous devons apprendre à nos enfants et à tout le monde à reconnaître le moment où un chien va attaquer et à éviter de se retrouver dans ce genre de situation.

Nous ne devons toutefois pas oublier que, pendant des milliers d’années, les chiens ont été nos amis, nos protecteurs et nos compagnons. En fait, la plupart des 4 millions de chiens au Canada n’ont jamais mordu ou tué personne. Nous devons atteindre un équilibre dans cette relation positive et de longue date non pas en effrayant les gens, mais bien en aidant le public en général, ainsi que les propriétaires de chiens, en leur montrant à développer un respect sain et être sensibilisés face à la manière dont nous interagissons avec les chiens dans notre société.

Nous croyons que la meilleure façon d’y parvenir est par l’entremise d’une campagne nationale de sensibilisation aux morsures causées par les chiens qui offre des objectifs à court, moyen et long terme ainsi que des résultats prévus spécifiques.

Pour être couronnée de succès, cette campagne doit comprendre un certain nombre d’éléments cruciaux qui auront pour résultat un programme équilibré d’éducation et de mise en application. La campagne devra comprendre au moins les éléments suivants :
  • un examen de l’efficacité des lois civiles et criminelles actuelles au Canada et dans les autres pays
  • l’expérience de ces territoires au niveau du lancement d’initiatives en éducation du public pour «enseigner la prévention» contre les morsures causées par les chiens et pour encourager les propriétaires d’animaux à être plus responsables (c.-à-d. la stérilisation, l’obligation d’obtenir un permis pour les éleveurs et les dresseurs, la formation sur le traitement humain pour les propriétaires envers leurs animaux, l’utilisation de harnais, de laisses, de muselières, etc.)
  • la mise en place d’une agence nationale pour faire la collecte et l’analyse des attaques d’animaux rapportées et les décès qu’elles ont causés afin de les documenter et de mieux comprendre pourquoi ces attaques se produisent et ce que nous pouvons faire pour les prévenir
  • des recommandations spécifiques à propos d’une campagne multimédia diversifiée visant à réduire le nombre et la fréquence de ces tragédies
  • des recommandations à propos des agences gouvernementales et de la coopération interagence nécessaires à l’atteinte de ces objectifs.

The Humane Society of Canada est prête à contribuer au financement, à partager son savoir-faire et à aider à incorporer ce type de programme aux initiatives d’éducation publique principales et aux programmes scolaires dans toutes les communautés du Canada.

Nous sommes également prêts à contribuer à la mise en place et à l’exploitation d’une agence nationale qui sera responsable de surveiller et d’analyser les cas de morsures causées par les chiens ainsi que les raisons de ces cas, d’effectuer des recherches scientifiques et d’aider à mettre en œuvre des mesures plus efficaces pour encourager les propriétaires d’animaux à être plus responsables et à réduire les cas de morsures causées par les chiens, ainsi qu’à mieux comprendre les soins médicaux requis pour les victimes de morsures.

Pour qu’une agence et un programme éducatif de ce genre remportent du succès, ils doivent parvenir à créer des mécanismes efficaces et soutenus qui pourront être mis en œuvre efficacement dans les communautés à l’échelle nationale.

À cette fin, en supposant que The Humane Society of Canada soit chef de file de la mise en place et de l’exploitation de ces initiatives, nous sommes prêts à investir nos ressources pour une valeur de un million de dollars afin de procéder à l’élaboration de ces programmes éducatifs dans les plus brefs délais.

Je suis conscient de votre préoccupation personnelle en ce qui concerne le bien-être des enfants et des animaux. C’est pourquoi je me réjouis à la perspective de travailler avec vous sur ces questions importantes au niveau des préoccupations sociales.

En attente de votre réponse, je vous pris d’agréer, Monsieur le premier ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

frenchquote.gif

 

 

 

 

 

NOTA : Une copie complète des résultats de l’enquête du coroner en Ontario est disponible (en anglais) sur notre site Web à www.humanesociety.com